Activités d’urgence au Sri Lanka

État : En cours | Nombre de bénéficiaires : 540 familles dont 800 enfants

Durée du projet : 2022 / 6 mois

Lieu : Régions des plantations au centre du pays : Nuwara Eliya et Batticaloa, et Colombo la capitale

Projet financé en accord cadre par le Ministère des Affaires Étrangères du Grand-Duché de Luxembourg

Partenaires locaux

Mencafep, Palm, Life for all Foundation

Contexte

Le Sri Lanka connait sa pire crise économique depuis l’indépendance, amplifiée par le contexte économique mondial affecté par la pandémie de coronavirus, le changement climatique qui déstabilise les marchés des denrées alimentaires, et la guerre en Ukraine qui alimente une très forte inflation (+54% en mars, jusqu’à 200% pour le riz ou le carburant). En défaut de paiement, le Sri Lanka ne peut plus emprunter pour couvrir une dette colossale (51 milliards de dollars). La population subit depuis des mois des pannes d’électricité et de graves pénuries de nourriture, de carburant et de médicaments, déclenchant des semaines de manifestations antigouvernementales pour la plupart pacifiques. Les loyalistes du président se sont mobilisés contre les manifestants, causant 7 morts et plus de 200 blessés. La police a imposé un couvre-feu et le président a déclaré l’état d’urgence.

La mission

PADEM se propose de soutenir ses deux partenaires Sri Lankais intervenant dans les plantations de thé de la région centre, et un partenaire à Colombo, à mettre en place des actions à deux niveaux :

  • Des actions immédiates de soutien direct aux familles vulnérables pour l’accès à l’alimentation et aux services de santé de base, tout en assurant la continuité de l’éducation des enfants
  • Des actions soutenant la résilience économique de ces familles sur le moyen terme, à travers l’amélioration des jardins familiaux, le rétablissement des moyens de subsistance et la diversification des activités génératrices de revenu s’inscrivant dans l’économie locale.

Les activités

  • Permettre à au moins 800 enfants à risque d’avoir accès à l’alimentation, à l’hygiène, aux soins et à l’éducation : distribution de vivres, d’articles d’hygiène et de médicaments, appui à la scolarisation des enfants (50% filles/garçons) avec la distribution de fournitures scolaires et la prise en charge des autres coûts liés à la scolarité
  • Permettre à au moins plus de 300 familles parmi celles identifiées d’améliorer leur capacité à produire une partie de leur alimentation et à augmenter leur revenu : soutien aux familles en semences, plants, intrants agricoles pour le maraîchage biologique dans les jardins familiaux et soutien au rétablissement des moyens de subsistance par la fourniture d’outils et d’équipements, de façon à préserver leur capital productif et assurer leur autonomie, soutien à la diversification des activités génératrices de revenus par le biais d’initiatives de micro-entreprises
  • Suivre la situation des enfants à risque en partenariat avec les services sociaux : suivi de la protection de l’enfance en tant qu’activité transversale, en continuant à mobiliser les réseaux communautaires de protection et à suivre de façon rapprochée la situation des enfants, en lien avec les services de l’Etat, et appui au fonctionnement (alimentation, hygiène, soins de santé…) de 6 centres socio-éducatifs accueillant 150 enfants en situation de handicap

Les bénéficiaires

540 familles dont 800 enfants