Disons stop à la violence faite aux enfants : lutte contre la mendicité forcée des enfants Talibés

Disons stop à la violence faite aux enfants : lutte contre la mendicité forcée des enfants Talibés

État : En cours | Nombre de bénéficiaires : 1530 personnes

Durée du projet : 3 ans

Lieu : Département de Matam, Sénégal

Projet financé en accord cadre par le Ministère des Affaires Étrangères du Grand Duché de Luxembourg


Partenaire local

Jeunesse et Développement (JED) / Eclaireurs et Eclaireuses du Sénégal (EEDS) est une ONG de développement créée en 1936, et implantée dans toutes les régions du Sénégal, s’inspirant des valeurs scoutes, au service des jeunes et de la communauté.
Sa mission est de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des populations, principalement dans le domaine de la santé, de l’éducation, de l’insertion socioéconomique et de l’environnement, en préparant notamment les jeunes à leur rôle de citoyens actifs et responsables en synergie avec les Éclaireuses et Éclaireurs du Sénégal.
Ses domaines d’intervention sont les suivants :

  • l’éducation des jeunes,
  • la santé,
  • la participation citoyenne,
  • le cadre de vie des groupes vulnérables,
  • la protection de l’environnement,
  • l’hygiène, l’eau et l’assainissement,
  • la formation et le microcrédit.

La problématique

47% des 562.539 habitants de Matam ont moins de 15 ans. 45% des familles sont pauvres. L’extrême pauvreté, mais aussi certains facteurs culturels et traditionnels, sont les causes du phénomène des enfants de la rue appelés Talibés. Les enfants talibés au Sénégal sont de jeunes enfants, généralement des garçons, envoyés par leur famille dans des daaras (écoles coraniques) très loin de chez eux, pour apprendre le Coran. Toutefois, les daaras ne sont pas considérées comme homogènes dans la mesure où des enfants talibés sont exploités, forcés à mendier ou à effectuer des travaux pénibles et souvent dangereux, ou encore soumis à des sévices corporels alors que dans d’autres le maître coranique essaie de respecter au maximum les horaires d’apprentissage réduisant ainsi le temps de mendicité. Mais ces derniers restent les moins fréquents. Dans le département de Matam, plus de 7 000 enfants sont dans cette situation d’errance dans la rue et sont donc exposés aux risques et privés de leurs droits.

Objectifs/activités

Le projet vise à améliorer les conditions de vie des enfants talibés de Matam pour leur permettre de sortir de la rue.

Activités mises en place :

  • Amélioration des conditions de vie des enfants talibés : logements, eau potable, couchage et moustiquaire, inscription à l’état civil et à des mutuelles de santé, activités génératrices de revenus aux daaras, amélioration de la nutrition des enfants
  • Prise de conscience de la communauté, des leaders et des autorités locales sur le droit à une éducation de qualité, la lutte contre les abus aux enfants : foras communautaires, Journées Mondiales, 240 causeries, sensibilisation et formation des maîtres coraniques, spots radio
  • Mécanisme de veille et de protection contre la maltraitance des enfants : comités de veille et plans d’action dans les villages, système d’alerte et de dénonciation des abus et exploitations des enfants
  • Amélioration des conditions et du contenu d’apprentissage dans les écoles

Les bénéficiaires

  • Bénéficiaires directs : 1530 personnes :
    • 1500 enfants talibés mendiants
    • 15 Daaras
    • 15 maîtres coraniques
  • Bénéficiaires indirects : la communauté, les leaders d’opinion