Disons stop à l’excision et Non aux violences faites aux jeunes filles

Disons stop à l’excision et Non aux violences faites aux jeunes filles

État : En cours | Nombre de bénéficiaires : 22 170 personnes

Durée du projet : 3 ans

Lieu : Département de Matam, Sénégal

Projet financé en accord cadre par le Ministère des Affaires Étrangères du Grand Duché de Luxembourg


Partenaire local

Jeunesse et Développement (JED) / Eclaireurs et Eclaireuses du Sénégal (EEDS) est une ONG de développement créée en 1936, et implantée dans toutes les régions du Sénégal, s’inspirant des valeurs scoutes, au service des jeunes et de la communauté.
Sa mission est de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des populations, principalement dans le domaine de la santé, de l’éducation, de l’insertion socioéconomique et de l’environnement, en préparant notamment les jeunes à leur rôle de citoyens actifs et responsables en synergie avec les Éclaireuses et Éclaireurs du Sénégal.
Ses domaines d’intervention sont les suivants :

  • l’éducation des jeunes,
  • la santé,
  • la participation citoyenne,
  • le cadre de vie des groupes vulnérables,
  • la protection de l’environnement,
  • l’hygiène, l’eau et l’assainissement,
  • la formation et le microcrédit.

La problématique

Matam est connu pour être un foyer endémique de certains types de violences basées sur le genre (VBG) et de mutilations génitales féminines (MGF). Le type le plus récurrent chez les jeunes filles est l’excision : 38% en sont victimes! L’excision constitue la pratique la plus répandue au Sénégal, elle est ancrée dans la communauté du fait de sa prévalence et de sa culture dans les rites d’initiation. Les conséquences de ces pratiques sont dramatiques, d’un point de vue psychologique, mais aussi médical avec de nombreuses et fréquentes complications sanitaires, dont certaines sont mortelles.

Objectifs/activités

Le projet vise à propulser une dynamique communautaire afin de stopper le silence autour de l’excision. Il s’agit de susciter la participation de la communauté afin de réduire fortement le nombre d’excisions, amoindrir la souffrance des victimes et également accompagner les femmes pratiquantes à l’abandon de ces pratiques.
Activités mises en place :

  • Réalisation d’une étude de référence / recensement des victimes d’excision ou potentielles victimes
  • Sensibilisation de filles et de leurs parents, ainsi que des acteurs communautaires
  • Ecoute, accompagnement, veille et protection des enfants
  • Education et accompagnement des jeunes filles et formation professionnelle
  • Identification et suivi de 20 exciseuses visant l’abandon de la pratique (visites à domicile, Formations en entreprenariat, aide à activités génératrices de revenus …)
  • Prise en charge médicale, psycho-sociale et juridique.

Les bénéficiaires

  • Bénéficiaires directs : 22 170 personnes :
    • 4 000 jeunes filles
    • 18 000 enfants et parents d’enfants
    • 20 exciseuses
    • 90 leaders communautaires issus de 10 villages
    • 50 autorités locales
  • Bénéficiaires indirects : toute la population des zones ciblées