Accès à l’eau potable et à l’assainissement des établissements scolaires et des structures de santé de communautés rurales

Accès à l’eau potable et à l’assainissement des établissements scolaires et des structures de santé de communautés rurales

État : Achevé | Nombre de bénéficiaires : 49 612 personnes

Durée : 2015-2016

Lieu : Paoskoto et Taïba Niassène, département de Nioro du Rip, Région de Kaolack, Sénégal.

Partenariat

RADI (Réseau Africain pour le Développement Intégré) est une ONG panafricaine créée en 1985 par un groupe de cadres africains qui ont voulu mettre en commun leurs expériences et leur savoir-faire.
Sa mission est de lutter contre la pauvreté, l’injustice et l’ignorance. Il s’est fixé comme objectifs la formation et l’organisation des populations selon une approche participative et populaire pour susciter leurs initiatives en vue de leur promotion et de leur autonomie.

La problématique

La Communauté Rurale de Paoskoto regroupe 132 villages et compte 42 591 habitants, celle de Taïba Niassène 22 villages et 25 075 habitants.
A Paoskoto, parmi les onze établissements scolaires construits dans la zone, seulement six ont un accès à l’eau potable et seulement cinq disposent de blocs sanitaires. A Taïba Niassène, sur les dix-huit établissements scolaires existants, quinze ont un accès à l’eau potable et douze disposent de blocs sanitaires. Privés d’un accès à l’eau et/ou aux infrastructures sanitaires de base, les enfants pratiquent la défécation à l’air libre. Cette situation comporte beaucoup de risques liés aux maladies hydriques.
En ce qui concerne les infrastructures de santé, le bilan est également mitigé. A Paoskoto, ni son poste de santé ni ses deux maternités ne disposent de lavoirs. A Taïba Niassène, parmi les trois postes de santé et la maternité, seul un poste de santé dispose de lavoirs. Ainsi, les eaux usées sont versées aux alentours, engendrant des risques pour la santé des populations et des conséquences néfastes sur l’environnement. Enfin, parmi les six cases de santé de Paoskoto, cinq cases de santé restent encore privées de latrines, tandis que les six cases de santé de Taïba Niassène le sont encore toutes. Cette situation accentue davantage les risques sanitaires et environnementaux.

Objectifs/activités

L’objectif global du projet était d’améliorer les conditions sanitaires et d’éducation dans les communautés rurales de Paoskoto et Taïba Niassène.

Activités menées

  • Construction de réseaux d’adductions d’eau et connexions au réseau de distribution d’eau
  • Construction de blocs sanitaires, de lavoirs et de latrines
  • Sensibilisation à l’hygiène des usagers avec une intégration des femmes dans cette activité
  • Formation professionnelle en maçonnerie
  •  

    Les bénéficiaires

    • Bénéficiaires directs : 49 612 personnes : élèves et enseignants des établissements scolaires, personnes se rendant dans les structures de santé, 10 maçons latriniers.
    • Bénéficiaires indirects : 23 229