Accès à l’eau et à des infrastructures sanitaires pour les enfants d’Homa Bay County

Accès à l’eau et à des infrastructures sanitaires pour les enfants d’Homa Bay County

En cours de financement | Nombre de bénéficiaires : 765 enfants

Lieu d’intervention: Otaro, circonscription de Karachuonyo, County de Homa Bay africanchild_logo

Partenaire local : African Network for the Prevention and Protection against Child Abuse and Neglect  (ANPPCAN)

La problématique

  • Les enfants au Kenya (0-18 ans) représentent plus de la moitié des 38 millions d’habitants du pays
  • Sur la totalité du territoire kenyan, seul un tiers des écoles a des sources d’eau potable et des latrines adaptées aux enfants
  • L’introduction de la gratuité de l’école primaire en 2003, et de l’école secondaire en 2007, a eu pour conséquence l’augmentation rapide du nombre d’écoliers, rendant encore plus prégnant le manque de structures sanitaires adaptées dans les écoles

Les bénéficiaires

Ce projet est donc destiné  à 765 élèves des écoles d’Otaro:

  • 301 élèves de l’école primaire (âgés de 5 à 14 ans)
  • 464 élèves de l’école secondaire (âgés de 15 à 19 ans)
  • Les parents et la communauté environnante bénéficieront de l’eau potable vendue et des programmes de sensibilisation.

Les activités

Le projet prévoit la rénovation et la construction :

photoshop KEN15

  • De toilettes et de lavabos dans l’école primaire et l’école secondaire d’Otaro
  • d’une pompe à eau à proximité pour fournir de l’eau potable aux écoliers et aux habitants de la communauté
  • De containers à eau dans chaque école

Le projet prévoit également la mise en place de:

  • De comités ‘eau et assainissement’ pour assurer l’entretien des infrastructures
  • D’ateliers d’éducation à l’hygiène pour les enfants des écoles et la communauté alentours
  • De clubs des droits de l’enfant pour impliquer les enfants dans la réflexion sur l’accès à l’eau potable et à une bonne hygiène, mais aussi plus généralement sur leurs droits
  • De bureaux d’assistances à disposition des enfants dans les deux écoles pour répondre aux cas de violations de leurs droits et d’abus